Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les monts émerveillent
Les monts émerveillent
Menu
Songe d'une nuit de liberté

Songe d'une nuit de liberté

J'ai grandi avec l'idée que la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.

Cette expression n'est pas qu'un proverbe ni même un précepte, mais bel et bien la transcription de l'article 4 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789: "La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui".

J'imaginais donc pouvoir me promener seul cet hiver dans les Calanques par une belle nuit de pleine lune, puis me poser dans mon duvet sur le coup de minuit pour attendre les délices de l'aube: seul en plein coeur de l'hiver (on ne peut craindre l'affluence  par une température ressentie négative due au Mistral ), sans feu ni réchaud ni même de frontale (pleine lune), je ne pensais pas pouvoir nuire au moindre être vivant de cette planète... Me voici donc parti sur les coups de 16h00, histoire de profiter aussi un peu du soleil :

Songe d'une nuit de liberté

C'est alors que me parvint une petite voix:

- Mais non François, même dans ces conditions spartiates, il est interdit de bivouaquer dans le Parc National des Calanques !

Surpris, je m'enquis alors:

- Là même où sont rejetés les égouts de la deuxième ville de France et des boues industrielles pleines de métaux lourds; là où circulent voitures et camions, là où des bateaux à moteurs promènent des touristes en hurlant dans des mégaphones ?

- C'est cela, m'expliqua la petite voix un peu gênée, tu ne savais pas que "La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas au capitalisme" ?

- Alors c'est pour cela que les forêts primaires continuent d'être saccagées de plus en plus vite, que les industriels du plastique ont prévu de doubler leur production dans les vingt ans à venir, que les états laissent des multinationales s'approprier les ressources en eau et les terres arables ? Le droit suprême serait que la liberté d'entreprendre peut nuire à la vie et à l'humanité pour éviter de nuire au capitalisme ?

- Tu peux le penser, me répondit la petite voix, mais ne le dis pas haut et fort, car cela même nuirait au capitalisme et n'entre donc pas dans le champ des libertés !

La boucle était bouclée. J'étais abasourdi... Mais n'ayant cessé d'avancer pendant la discussion,  j'arrivais au col de la Candelle pour le coucher du soleil et décidai d'en profiter malgré une bande de nuages un peu trop épaisse.

Songe d'une nuit de liberté
Le rayon vert ?

Le rayon vert ?

Songe d'une nuit de liberté
Songe d'une nuit de liberté
Songe d'une nuit de liberté

Une fois la nuit venue, je réfléchissais. Le bivouac est interdit, mais s'il n'est pas permis de s'allonger dans les Calanques, rien ne dit que l'on ne peut s'y promener, alors...

Marchons, marchons,

Qu'un ciel pur éclaire nos sillons.

Songe d'une nuit de liberté

Mais de suite la petite voix revint:

- Tu ne peux pas marcher toute la nuit, tu sais bien qu'il y a un couvre feu sanitaire !

- Mais je suis SEUL ! Je ne peux nuire à PERSONNE en étant SEUL !!

- Peut-être que si tu éternues, le Mistral transportera des microbes jusqu'à Cassis..., tenta de justifier la petite voix mal assurée...

Je rétorquai moqueur :

- Puis La Ciotat, Les Lecques, Bandol, Sanary-sur-Mer, Six-Fours les Plages, la Seyne et Toulon ?! Mais pas dans la journée ? Les microbes sont des prédateurs nocturnes !

- Je n'y suis pour rien, moi. Les gens avaient le droit de s'inviter à midi, mais tu ne peux pas marcher seul cette nuit... C'est la loi de l'Absurdistan, mais c'est la loi !

"Absurda lex, sed lex" : encore un truc que j'avais appris à l'école et qui a été modifié...

La mort dans l'âme, je décidai de rentrer au plus vite... Mais la nuit, c'est bien connu, tous les chemins sont gris ! Par là... Non, par ici ! Nenni... Me voici perdu !

Le Devenson au clair de lune (photo plein format mais sans trépied...)

Le Devenson au clair de lune (photo plein format mais sans trépied...)

J'en fus quitte à errer toute la nuit dans les Calanques, animé d'un songe où nos libertés ne cesseraient de se développer dans le respect d'autrui et de la planète.

Et quelle récompense quand l'aurore fut venue :

Songe d'une nuit de liberté
Songe d'une nuit de liberté
Songe d'une nuit de liberté
Songe d'une nuit de liberté
Songe d'une nuit de liberté
Songe d'une nuit de liberté
Dès lors, dans sa grande mansuétude, le Parc m'autorisait à dormir...!

Dès lors, dans sa grande mansuétude, le Parc m'autorisait à dormir...!